God's Youth

c. 2008
 

Jésus Christ a t-il existé ?

La vie de Jésus est-elle un mythe inventé par les chrétiens ? Le Christ a-t-il seulement existé ? A cette dernière question, tous les historiens sans exception répondent : oui, Jésus a bel et bien été un Hébreu, né en Israël et crucifié par les Romains sous l'instigation de certains chefs religieux, il y a quelque 2000 ans de ça.

Plusieurs documents attestent de son historicité :

- Un historien nommé Thallus, dont les écrits datent de 52, parle de Jésus Christ. Ses écrits sont aujourd'hui perdus, mais quelques fragments cités par d'autres auteurs nous sont connus. L'un d'eux, par exemple, parle d'une polémique autour de l'éclipse qui eut lieu à la mort de Jésus : "Thallus, au troisième tome de son histoire, explique ces ténèbres par une éclipse solaire, ce qui me semble peu rationnel..." (écrit de Julius Africanus).

- On a retrouvé une lettre d'un Syrien appelé Mara Bar-Sérapion, envoyée à son fils vers les années 73 et qui dit : "...quel avantage les Juifs ont-ils eu à exécuter leur Roi-Sage ?... le Roi-sage n'est pas mort pour de bon car il survit dans l'enseignement qu'il a laissé..." (manuscrit détenu par le British Muséum).

- L'écrivain et gouverneur romain Tacite mentionne Jésus pour expliquer le nom des "chrétiens" mis à mort par Néron au 1er siècle (Tacite : Annales). Même s'il écrit longtemps après les faits, il ne semble pas les remettre en question.

- L'historien Juif Flavius Josèphe, né vers 37 à Jérusalem, narre dans Antiquités Judaïques (parue vers 93-94) : "vers le même temps, vint Jésus...faiseur de miracle...il attira à lui beaucoup de Juifs et de Grecs...et lorsque sous la dénonciation de nos premiers citoyens, Pilate l'eut condamné à la crucifixion, ceux qui l'avaient d'abord chéri, ne cessèrent de le faire..." (Flavius Josèphe : Oeuvres complètes).

- Le Talmud de Babylone, code législatif juif écrit par les rabbins au cours des premiers siècles, fait lui aussi mention de Jésus : "à la veille de la fête de Pâques, on pendit Jésus (autre appellation pour la crucifixion)...car il a pratiqué la magie et séduit Israël".

- Enfin, les premiers chrétiens nous ont laissé des écrits relatant la vie, la mort et la résurrection de Jésus Christ, et cela assez tôt après la mort de Jésus. L'apôtre Paul écrivit ses épîtres aux Thessaloniciens vers l'an 52 et celles aux Corinthiens vers 56. Dans celles-ci il encourage les chrétiens à continuer dans leur foi : "Je vous rappelle, frères, l'Evangile que je vous ai annoncé... que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures (l'Ancien Testament) ; il a été enseveli et il est ressuscité le 3ème jour, selon les Ecritures et il est apparu à Céphas, puis aux douz. Ensuite il est apparu à plus de 500 frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants..." (I Corinthiens 15). Ensuite viennent les Evangiles, qui nous retracent l'histoire de Jésus écrite par quatre personnes différentes, et qui constituent pour l'historien la source principale de renseignements pour avoir un portrait de Jésus-Christ. Ils ont été rédigés au plus tôt 30 ans après la crucifixion.

L'existence historique de Jésus-Christ, sa vie, sa mort sur une croix et même ses miracles (les écrivains leur prêtent différentes interprétations bien sûr) sont donc bien attestés par des écrits. Nous n'avons pour l'instant aucune trace archéologique du passage de Jésus sur terre. Il n'a pas écrit (ce sont ses disciples qui ont consigné ses enseignements) ; nous ne savons pas exactement où se sont passés les évènements de sa vie (les lieux que l'on visite en Israël ont été décrétés tels par la tradition).

 

La vie de Jésus : celle d'un prophète, d'un leader religieux ou d'un simple homme ?

 

 

  • La naissance de Jésus Christ

Jésus est un juif né entre l'an 6 et l'an 1 avant notre ère, probablement à la fin de l'an 5 ou au début de l'an 4. Plusieurs calculs établis à partir de données historiques et astronomiques permettent d'élaborer cette fourchette de dates. Il y a donc une légère erreur dans notre calendrier, erreur venant de l'abbé Denys le Petit, auteur au Vème siècle apr.J.C. du calendrier actuel. À cette époque, la terre d'Israël était sous occupation romaine.

C'est le Nouveau Testament -et plus particulièrement les Evangiles- qui rappportent la vie de Jésus telle que nous la connaissons. Ils racontent qu'un ange est apparut à Marie, une jeune fille de la ville de Nazareth, pour lui annoncer qu'elle serait enceinte miraculeusement. L'enfant qu'elle porterait viendrait de Dieu et serait le sauveur de l'humanité. Marie était alors fiancée à un charpentier nommé Joseph, mais ils ne vivaient pas ensemble. L'ange apparut aussi à Joseph et lui enjoigna de garder la future mère et son fils, malgré le discrédit que cela aller jeter sur lui et sa famille (à cette époque, avoir un enfant hors mariage était très mal vu et provoquait le rejet de la société).

Historiquement, les spécialistes sont d'accord pour dire que la naissance de Jésus n'est pas "normale" et que les disciples de Jésus n'ont pas pu inventer des circonstances aussi énormes, surtout dans le contexte culturel et religieux de leur époque. Il y a donc du vrai derrière les évangiles, mais c'est la foi qui permet de qualifier de divine cette naissance.

Jésus Christ est né dans une étable (ou une grotte servant d'étable) à Bethléem (petite ville près de Jérusalem), car Marie et Joseph y étaient venus pour un recensement ordonné par les Romains. Ils fuyèrent en Egypte les persécutions du roi Hérode, puis revinrent à Nazareth.

Il ne nous est rien dit de l'enfance de Jésus, si ce n'est qu'elle se passait bien. Jésus a grandi dans une famille pieuse et instruite, comme la plupart des gens de l'époque (les gens savaient lire et écrire et recevaient une instruction poussée). Il parlait l'araméen, langue qui avait remplacé l'hébreu ancien, mais savait lire la Thora (l'ancien testament juif). Il eut probablement 4 frères et des soeurs. Son père est peut-être mort assez jeune.

  • La vie de Jésus Christ

Nous le retrouvons vers l'âge de 30 ans (soit vers 26-27 de notre ère), au moment où commence son ministère public. Jésus débuta en se faisant baptiser dans le Jourdain par un dénommé Jean. Le baptême consiste à se plonger tout entier dans l'eau, pour indiquer le désir de suivre Dieu dans sa vie. De retour en Galilée, Jésus Christ appela 12 personnes à le suivre et ce sont ces 12 qu'il désigna sous le nom d'apôtres.

Ces hommes, plus des femmes, "parrainés" par plusieurs, c'est-à-dire nourris par quelques personnes qui s'étaient attachées d'emblée à Jésus, logeant chez les uns et les autres, constituaient un petit groupe d'une trentaine de personnes et accompagnaient Jésus Christ dans son ministère itinérant à travers Israël. Ce ministère consistait essentiellement en enseignements dans les synagogues le jour du sabbat, en discours aux foules et en guérisons multiples. Parfois, du lever du soleil à son coucher, Jésus guérissaient tous les malades qui lui étaient apportés. Il faisait du bien partout autour de lui et accueillait tout le monde, notamment ceux qui étaient rejetés par la société.

Jésus Christ pardonnait aussi leurs péchés à ceux qui croyaient en lui. Cela veut dire qu'il leur pardonnait leurs fautes, au nom de Dieu, et il leur donnait la force de recommencer leur vie de façon différente. Il disait en effet qu'il était le Messie, c'est-à-dire l'envoyé de Dieu pour sauver le monde.

Son ministère dura 3 ans. Jésus Christ devint de plus en plus populaire. Des milliers de gens se déplaçaient pour l'entendre, le voir, le toucher, être guéris, être pardonnés de leurs péchés. Sa renommée était telle que certains chefs religieux Juifs de l'époque virent en lui un concurrent à éliminer. Cela d'autant plus que Jésus leur reprochait ouvertement leur comportement hypocrite. Mais ils n'osaient s'emparer de lui car la foule l'adorait. C'est alors que, comme Jésus se rendait comme chaque année à Jérusalem pour la Pâques, Judas, l'un de ses douze amis les plus proches qui vivait nuit et jour avec lui depuis 3 ans, le livra entre les mains des chefs religieux.

  • La mort et la résurrection de Jésus Christ

Ceux-ci ne pouvaient lui reprocher son aura. On ne condamne pas un homme pour cela. Ils l'attaquèrent donc sur ce qu'il disait sur lui-même : "le souverain sacrificateur l'interrogea de nouveau et lui dit : es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ? Jésus répondit : je le suis. Et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu et venant sur les nuées du ciel. Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements et dit : qu'avons-nous encore besoin de témoins ? Vous avez entendu le blasphème ? Que vous en semble ? Tous le condamnèrent comme méritant la mort." (Evangile de Marc ch. 14 v. 61-64). Dans la loi Juive, il est interdit à un homme de se faire Dieu. Cela est puni de mort. Mais Jésus ne disait pas qu'en tant qu'homme il se prenait pour Dieu, il disait qu'il était Dieu fait homme ! (voir à ce sujet : Jésus : homme ou Dieu ? )

Etant placés sous juridiction romaine, les Juifs n'avaient pas le pouvoir de le mettre à mort. C'est pourquoi ils allèrent trouver Ponce Pilate, procurateur. Mais Pilate vit le caractère non politique et inoffensif des propos de Jésus et le déclara innocent. Il voulut le libérer. Alors les chefs religieux firent pression sur lui, en le menaçant d'en référer à César et en demandant que soit relâché à sa place un autre condamné. Ils obtinrent ainsi sa crucifixion.

Jésus Christ fut supplicié et mourut la veille de la fête de la Pâques, c'est-à-dire un vendredi. Il avait 33 ans environ. C'était vers l'an 29-30 de notre ère. Il fut mis dans un tombeau juif avant que ne commence la fête. Un tombeau juif est une grotte que l'on ferme par une énorme pierre ronde que l'on fait rouler devant son entrée.

Cependant, le matin du dimanche, son corps avait disparu. La Bible dit qu'il est ressuscité et qu'il a vécu encore 40 jours avec ses disciples avant de monter au ciel. Jésus avait annoncé comment il mourrait et avait prévenu de sa résurrection (voir enquête sur sa résureection dans l'article Jésus : homme ou Dieu ?). Il disait que sa mort était volontaire de sa part et qu'elle servait à sauver l'humanité...


Le sens de la vie et de la mort de Jésus-Christ

Jésus Christ a d'emblée révélé qu'il n'était pas comme tout le monde. Il est venu révéler Dieu, nous montrer qu'il est Amour, qu'il nous aime chacun(e) profondément, qu'il veut être là, avec nous, dans notre vie quotidienne.

Mais Jésus est aussi venu révéler que Dieu est saint, c'est-à-dire sans mal, ne pouvant pas cohabiter avec le mal (que la Bible appelle le péché). Or le péché, la capacité à faire le mal, est en chacun(e) de nous. Nous sommes séparés de Dieu, incapables de l'entendre, incapables de sentir son amour dans nos coeurs, à cause de notre péché.

Parce qu'il nous aime plus que tout, Jésus Christ est venu pour mourir pour nous, à notre place, pour nous donner une seconde chance dans la vie. Il est venu prendre sur lui les conséquences de notre péché, afin de nous en délivrer. Par son sacrifice, il nous offre le pardon de Dieu, le salut éternel : « Mes brebis entendent ma voix ; je les connais et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle et elles ne périront jamais et personne ne les ravira de ma main » ; « Personne ne m'ôte la vie ; mais je la donne de moi-même ; j'ai le pouvoir de la donner et j'ai le pouvoir de la reprendre » (Evangile de Jean ch. 10 v. 11,27-28, 17).

Parce que Jésus est ressuscité, nous avons maintenant la possibilité d'avoir une relation personnelle avec Dieu. C'est ce que Dieu désire, du plus profond de son coeur, c'est ce qu'il nous offre. Il nous suffit d'accepter le sacrifice de Jésus pour nous et de vouloir recevoir sa force pour changer de vie... C'est le sens de sa venue.

ein Bild
Je connais mes brebis, et elles me connaissent,
comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis.
Jean 10: 14 - 15
Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos vieillards auront des songes, Et vos jeunes gens des visions.
Même sur les serviteurs et sur les servantes, Dans ces jours-là, je répandrai mon esprit.
Joël 2: 28 - 29
Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.
Apocalypse 3: 20
Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
Esaïe 53: 4 - 5
 
Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (27 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
God's Youth