God's Youth

c. 2008
 

Evolution / Création : science et foi s'opposent-elles ?
 

La théorie de l'évolution montre-t-elle que Dieu n'existe pas ? Que penser de certains créationnistes qui s'inscrivent contre les propos des scientifiques ?...

               

 

Relayés abondamment par les médias, les disputes entre militants évolutionnistes et créationnistes (qui ont surtout lieu aux Etats Unis) donnent l'impression d'un dialogue de sourds entre deux parties extrémistes.
 
Certains scientifiques traitent les croyants de fondamentalistes religieux voulant imposer leur foi en prétendant faire de la science. Ils les tournent en ridicule et ne se privent pas pour ridiculiser du même coup toute croyance en Dieu. Mais les seconds font preuve de la même agressivité envers les premiers et de la même conviction péremptoire en ce qu'ils croient.

Si l'on n'écoute pas attentivement les arguments des uns et des autres, si l'on ne prend pas le temps d'analyser ce qui se passe réellement, on risque de prendre partie selon ses sentiments -comme c'est trop souvent le cas-. Pourtant, en y regardant bien, on peut comprendre pourquoi le débat est si vif. C'est qu'en réalité, il ne s'agit pas d'un débat scientifique (même de la part des évolutionnistes) mais bel et bien d'un débat philosophico-religieux.

En effet, s'il y a conflit la plupart du temps, c'est parce que l'une et l'autre parties ne se rendent pas compte qu'elles discutent en réalité, non de théories scientifiques, mais de la façon dont l'une et l'autre conçoivent la vie et l'univers. On discute philosophie, cosmogonie et non science.

Qui a fait les lois de la nature ? Qu'est-ce que la vie ? D'où vient-elle ? Pourquoi ? Selon leur croyance, les uns vont répondre que c'est le hasard (hypothèse rationaliste du "non-dieu"), d'autres pensent que c'est Dieu (hypothèse croyante). Mais lorsque l'on avance des arguments "scientifiques" d'un côté comme de l'autre, en réalité, bien souvent, c'est son idéologie sous-jacente que l'on défend.

Ainsi, les évolutionnistes qui prennent fortement partie dans le débat sont le plus souvent des athées convaincus (Gould et consorts). Ils expliquent qu'on peut comprendre la vie (son essence, son apparition, son évolution) uniquement de façon rationnelle, c'est-à-dire d'un point de vue purement mécanique. Mais en affirmant cela, en voulant expliquer les causes de la fondation du monde d'une façon exclusivement rationaliste, ils débordent le cadre de la science pour entrer dans le champ de la philosophie.

La science n'a jamais eu la prétention de vouloir expliquer la vie car elle ne le peut pas. Ce n'est pas de son registre. La science essaie de découvrir au mieux les lois qui régissent notre univers, mais elle est incapable de dire pourquoi il y a ces lois, ni d'où elles viennent. On peut faire l'hypothèse scientifique que les espèces se sont transformées de l'une en l'autre au cours du temps. Mais en tant que scientifique, on ne peut pas affirmer que cela est UNIQUEMENT dû au hasard des sélections naturelles et autres facteurs évoqués classiquement. Qui gouverne les lois de la vie ? Pourquoi ? Dans quel sens ? Dire que c'est le hasard est un présupposé non pas scientifique mais idéologique, philosophique. Et en philosophie, ça porte un nom : c'est le rationalisme, la façon athée de voir le monde.

En Occident, on nous présente toujours les choses comme s'il y avait d'un côté des évolutionnistes représentant la science (sous-entendu : leurs propos sont fiables, crédibles, sérieux, car fondés sur des faits réels) et de l'autre des chrétiens qui se disent scientifiques mais qui ne présenteraient que des convictions personnelles de l'ordre de la foi.

Cette façon de voir les choses est fausse, méprisante pour les confrères croyants et conduit immanquablement à une impasse. Car il n'y a pas de conflit entre la science et la foi. L'une et l'autre traitent de sujets très différents et cherchent à répondre à des questions auxquelles l'autre ne peut répondre.

Dire que la science est enfin arrivée à expliquer véritablement le monde, que la théorie qui nie toute intervention surnaturelle est le seul fait valable est une malhonnêteté intellectuelle. On fait dire à la science des choses qu'elle ne dit pas et qu'elle ne pourra jamais dire. La réalité est qu'on est loin de savoir ce qui s'est véritablement passé aux origines ni comment sont apparues les différentes espèces.

Dire que Dieu est Créateur, n'est pas non plus une démarche scientifique. Si l'on parlait de science, on s'attacherait à discourir uniquement sur les mécanismes supposés de la transformation des espèces. Par exemple dire que la théorie des mutations ne marche pas est juste : c'est un fait scientifique. Mais nous ne pouvons pas partir de cela pour en déduire que Dieu est à l'origine des espèces. Les croyants qui se conduisent comme cela agissent sans s'en rendre compte comme les évolutionnistes athées : ils débordent le cadre de la science. Dieu ne se perçoit que par la foi.

La science pure cherche à trouver les traces de vies qu'il y eut sur notre planète, et à en reconstituer l'histoire des passages. Plusieurs théories peuvent être émises. Mais aux vues des faits, la science est incapable de dire ce qui s'est réellement passé et d'où vient la vie. Chacun a donc la totale liberté de postuler que c'est Dieu ou le hasard qui en est l'origine et le moteur. Chacun devrait avoir la liberté de dire ses convictions, sans qu'il y ait de pression de quelqu'ordre que ce soit. Pour cela, chacun devrait avoir l'honnêteté de préciser que c'est une opinion/conviction d'ordre religieux, et non scientifique.

ein Bild
Je connais mes brebis, et elles me connaissent,
comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis.
Jean 10: 14 - 15
Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos vieillards auront des songes, Et vos jeunes gens des visions.
Même sur les serviteurs et sur les servantes, Dans ces jours-là, je répandrai mon esprit.
Joël 2: 28 - 29
Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.
Apocalypse 3: 20
Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
Esaïe 53: 4 - 5
 
Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (15 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
God's Youth