God's Youth

c. 2008
 

Marie-Madeleine : était-elle l'épouse de Jésus ?
par (atoi2voir)

Qui était Marie-Madeleine ? Jésus était-il amoureux d'elle et lui a-t-il transmis un enseignement particulier ? Enquête pour démêler l'Histoire de la fiction...

             

 

Le roman de Dan Brown Da Vinci Code est plein de révélations. Le mélange  entre des faits historiques et d'autres présentés comme tels (mais dus à l'imaginaire de l'auteur) permet de glisser de la réalité vers la fiction de façon inaperçue. Le lecteur non averti n'a pas les connaissances nécessaires pour départager la fiction du réel. Atoi2voir s'est penché sur la relation entre Jésus et Marie Madeleine et vous propose de partir en quête de leur histoire...

(Pour ceux et celles qui n'ont pas
lu le livre ou vu le film :
résumé du Da Vinci Code)

Qui est Marie-Madeleine (ou Marie de Magdala) ?


Marie Madeleine tient son nom de Magdala, village du bord de la mer de Galilée, probablement son lieu d'origine. Que savons-nous d'elle ? Peu de choses en fait. Elle n'est citée que dans les quatre Evangiles : Jésus la délivre de 7 démons, suite à quoi elle se joint au groupe de disciples qui le suivait partout (réf. 1- voir à la fin de ce chapitre). Nous pouvons noter au passage que Jésus accueillait des femmes parmi ses élèves, choses impensable et totalement innovante pour l'époque (pour plus d'informations à ce sujet voir : Jésus et les femmes).

La première mention de Marie-Madeleine (dans le passage cité plus haut) suit directement le récit des pleurs d'une femme prostituée -dont le nom est inconnu- pardonnée par Jésus. Certains ont pensé qu'il s'agissait de la même personne, faisant de Marie-Madeleine une femme de mauvaise vie repentie (d'où l'expression "pleurer comme une Madeleine"). Mais ce rapprochement est arbitraire et hautement improbable.
Comme d'autres disciples, Marie-Madeleine assiste au supplice de la crucifixion de Jésus et à sa mise au tombeau (2). La mort de Jésus ayant eu lieu à Pâques, la veille d'un jour de sabbat (où l'on ne doit rien faire), son corps n'a pas eu le temps d'être embaumé, comme cela se faisait en ce temps-là. Après le sabbat (premier jour de la semaine), plusieurs femmes se rendent donc à son sépulcre avec des aromates, afin d'enduire le corps. Marie-Madeleine est parmi elles. C'est alors qu'elles trouvent le tombeau ouvert et qu'elles voient deux anges qui leur expliquent que Jésus est ressuscité ! Jésus est vivant, comme il l'avait annoncé ! (3) Tandis que les autres femmes rentrent chez elles, Marie-Madeleine court avertir Pierre et Jean (4). Revenue avec eux au tombeau, elle reste devant, tandis que Pierre et Jean repartent trouver les autres disciples.

Marie-Madeleine pleure. Elle n'a pas compris les paroles des anges. C'est tellement inimaginable ! C'est alors que le Christ lui apparaît et parle avec elle (5) ! Il lui dit qu'il va retourner auprès de Dieu et qu'il faut qu'elle le dise aux autres disciples (lire le texte). Suite à cela, Jésus apparaîtra aux autres disciples, qui pourront le toucher. Il mangera même avec eux, avant de remonter au ciel quelques jours après. Quant à Marie-Madeleine, il n'est plus fait mention d'elle dans la Bible ou dans les écrits des premiers chrétiens...  
1-Evangile de Luc ch.8 v.2
2-Evangile de Matthieu ch.27 v.56-61
3-Evangile de Marc ch.16 v.1-8
4-Evangile de Jean ch.20 v.1-2
5-Evangile de Jean ch. 20 v. 11-18

 
Marie-Madeleine était-elle mariée à Jésus ?

Pour les historiens et les chercheurs en sciences religieuses, le secret étonnant du mariage de Jésus qu'annonce Dan Brown n'en est pas un. L'hypothèse d'une relation intime entre Jésus et Marie-Madeleine remonte en effet à plusieurs siècles et la liste de livres publiés uniquement ces 20 dernières années, est considérable.

Cette idée vient en réalité de la pensée, véhiculée par certains mouvements ésotériques, que Jésus ne pourrait être pleinement humain que s'il avait connu des relations sexuelles ou tout au moins une relation amoureuse avec une femme. Mais aucune des premières sources chrétiennes ne fait mention d'un tel événement, ni les Evangiles, ni les écrits des premiers chrétiens. Même les "autres évangiles" mentionnés par Dan Brown ne parlent pas de cette hypothèse (voir Da Vinci Code : ce que disent les "autres" évangiles). Cette idée n'a donc aucun fondement historique.

Cela est de toute façon en totale contradiction avec la mission et la nature de Jésus : Jésus ne s'est jamais présenté comme étant un homme comme les autres, (ayant donc des prétentions à un bonheur "terrestre" : un foyer, une maison, un métier), mais comme Dieu fait homme. Il est venu se révéler à nous, de façon visible, et s'est sacrifié à notre place pour nous apporter le salut en nous pardonnant nos péchés (voir : "Jésus, homme ou Dieu ?").

A plusieurs reprises, il a bien établi son identité et sa mission auprès de tous. Si certains trouvent des ambiguïtés dans les affirmations de Jésus, une chose est sûre, c'est que ses ennemis ne les voyaient pas. Lorsque Jésus demanda aux chefs religieux ce qu'ils avaient contre lui, ils lui répliquèrent :   
- Nous ne voulons pas te tuer pour une bonne action, mais parce que tu blasphèmes. Car, toi qui n'es qu'un homme, tu te fais passer pour Dieu. (Evangile de Jean ch.10 v.33)

Il n'y a pas non plus de doute quant au fait que les disciples et les premiers chrétiens ont considéré la divinité du Christ comme un fait à la base de leur foi :
"Il est l'image du Dieu que nul ne voit... car c'est en lui qu'ont été créées toutes choses : dans les cieux comme sur la terre, les visibles, les invisibles, les Trônes et les Seigneuries, les Autorités, les Puissances. Oui, par lui et pour lui tout a été créé", écrit l'apôtre Paul (lettre aux Colossiens ch.1 v.15-16) (voir aussi : "Les prophéties annonçant la venue de Jésus", "comment expérimenter l'amour de Dieu").

Dans les Evangiles, on peut voir le signe d'une relation affective entre Jésus et Marie-Madeleine (elle pleure à sa mort, elle se prosterne à ses pieds...). Cependant Jésus a le même genre de relation avec n'importe lequel de ses disciples. A plusieurs reprises il manifeste un amour inconditionnel envers tous ceux qu'il croise et il exhorte ses disciples à aimer les autres comme lui le fait.

Pour justifier son affirmation du mariage entre Jésus et Marie-Madeleine, Dan Brown dit qu'il était quasiment impossible, à l'époque, pour un homme de plus de 20 ans, de ne pas être marié. Il cite comme preuve ce que mentionnent les Manuscrits de la Mer Morte. Mais il ignore visiblement ce que sont ces manuscrits car, d'une part ils ont été écrits deux cents ans avant J.C. et rapportent essentiellement des données relatives à l'Ancien Testament, d'autre part ils proviennent de la bibliothèque d'un groupe d'hommes célibataires, les Esséniens, sorte de "moines" juifs !

Dans le Da Vinci Code il est écrit aussi que dans l'Evangile de Philippe (censé parler du mariage secret), le mot araméen "compagnon" (utilisé pour Jésus envers Marie), peut vouloir dire "époux". En fait, cet évangile apocryphe est en langue copte et non pas en araméen. Ensuite, le mot, emprunté du grec, est "koinonos", qui désigne clairement un ami ou un associé, et non pas un époux. Donc en réalité, le seul élément dans les textes qui pourrait soutenir cette idée, ne la soutient pas du tout. (voir Da Vinci Code : ce que disent les "autres" évangiles)


Conclusion

Marie-Madeleine a été et est considérée par certains comme une incarnation du Féminin Sacré, représentant d'une certaine manière la Déesse-Mère, dont le culte s'étendait au Moyen-Orient dans l'Antiquité. Au travers de mythes, de légendes et de symboles, un conte romanesque s'est élaboré autour d'elle et s'est répandu en Europe. Cependant, tous les adeptes de son culte et de son mariage secret avec Jésus reconnaissent qu'ils émettent des hypothèses et que les faits qu'ils invoquent ne reposent sur rien.
À l'issue de cette analyse, le Da Vinci Code n'apparaît donc pas comme un roman historique. C'est une fiction, un divertissement, jusque dans les allégations historiques qu'il avance.

ein Bild
Je connais mes brebis, et elles me connaissent,
comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis.
Jean 10: 14 - 15
Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos vieillards auront des songes, Et vos jeunes gens des visions.
Même sur les serviteurs et sur les servantes, Dans ces jours-là, je répandrai mon esprit.
Joël 2: 28 - 29
Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.
Apocalypse 3: 20
Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
Esaïe 53: 4 - 5
 
Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (23 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
God's Youth